La MAISON POURCHET étoffe sa fameuse ligne « CASSETTA » avec un sac worker pensé pour un quotidien actif…

Pour cet Automne Hiver, la MAISON POURCHET étoffe sa fameuse ligne « Cassetta » avec un sac conçu pour la vie de tous les jours et particulièrement pour la vie au bureau.
« Cassetta Worker » reprend tous les codes identitaires de la ligne En toile grainée ou laquée, en cuir, avec ses finitions en métal doré, ce business bag combine esthétisme minimaliste, esprit citadin et sens pratique avec sa fermeture enveloppe originale Il se porte à la main grâce à ses deux poignées originelles et à l’épaule ou en croisé avec sa bandoulière amovible et ajustable Il est parfaitement pensé et organisé pour abriter ses précieux outils de travail Séduction assurée pour sa gamme de couleurs puisqu’il est proposé dans ses différentes versions dans près de vingt coloris, du plus sobre au plus tonique Parfait pour s’accorder à toutes les humeurs et à toutes les tenues, de la plus classique à la plus audacieuse.
Working’girls voilà le compagnon idéal pour affronter de s journées super bookées.
Cassetta Worker toile grainée toile laquée 130 euros
Cassetta Worker cuir 260 euros
MAISON POURCHET
13, Place des Vosges 75004 Paris
15, avenue de l’Opéra 75001 Paris
http://www.pourchet-paris.com
Contact presse : Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

CLAUDE COLLIOT, l’art de faire simple….

En quelques années, les restaurant CLAUDE COLLIOT est devenu le repère secret d’une clientèle parisienne ou de passage à Paris et de nombreuses personnalités françaises et internationales. On n’y vient pas pour être vu mais bien pour passer un moment privilégié, en toute convivialité et tranquillité. Le Chef est un virtuose. Il joue avec les saveurs, jongle avec les couleurs et s’attache avant toute chose à respecter l’essence même de chaque produit qu’il met en scène. Ici, on déguste, on prend le temps de découvrir les alliances subtiles imaginées par le Chef. Sa cuisine est saine et de saison. Claude COLLIOT ne cherche pas l’assiette parfaite, chacune d’entre elle est exécutée comme un tableau. Il tient à montrer l’unicité de chaque légume, de chaque pièce de viande, de chaque filet de poisson. Une cuisine inventive de l’instant dont la carte change au fil des humeurs, des saisons, des envies.
Enfant prodige de la gastronomie, autodidacte passionné, Claude COLLIOT est emblématique d’une restauration qui se bat, qui innove. Les légumes viennent de son propre potager et inspirent des compositions gustatives toujours aussi audacieuses et créatives. Partager un repas dans son restaurant, c’est l’assurance de se faire du bien au corps et à l’esprit.
PROMENADE AU CŒUR D’UN POTAGER…
En 2013, avec sa femme Chantal, œnologue, Claude COLLIOT acquièrt une ferme située au cœur du Val-De-Loire. Chaque week-end, ils quittent l’agitation de la capitale et partent se ressourcer au vert. « J’aime partager avec les clients de mon restaurant, les produits que je cultive. Je fais ma récolte chaque dimanche. C’est indispensable pour un Chef de regarder ses légumes pousser ; c’est une vraie source d’inspiration ». Depuis quelques années, en effet, Claude COLLIOT a décidé de redonner leurs lettres de noblesse aux légumes de saison avec pour seul objectif celui de les sublimer, de jouer avec les textures et les mélanges. On a le sentiment que chaque plat est simple. Pourtant, la technique est bien là mais de dénature jamais le produit.
« LE RESTAURANT QUE NOUS VOULIONS TROUVER EN BAS DE CHEZ NOUS… »
Voilà l’idée de Chantal et Claude COLLIOT qui ont voulu créer une atmosphère, une ambiance, une vibration particulière… Un lieu de vie plus qu’un restaurant. Avec ses accents nordiques, cette adresse devenue incontournable à Paris, mixte avec élégance et air du temps, le bois, le fer, le verre qui se tamisent le soir venu. Un univers tout en équilibre qui invite au partage, à la convivialité notamment autour de cette imposante table d’hôtes en chêne massif.
CLAUDE COLLIOT
40, rue des Blancs Manteaux
75004 Paris
http://www.claudecolliot.com
Contact presse : Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

DJULA / Les bracelets unisexes ScooByDJU…

Back to the future… Immersion dans les années 80′ avec une collection de bracelets en or rose, diamant et caoutchouc aux couleurs néons.
Imaginée par Alexandre Corrot, Fondateur et Directeur Artistique de la Maison DJULA, cette collection est une réminiscence de ses souvenirs d’adolescence aux effluves acidulées. Une madeleine de Proust au goût de bonbons anglais. Clin d’œil précieux à une décennie mythique, nostalgie bienheureuse et revival assumé, la collection évoque pêle-mêle : soirées fluo, lumières noires, électro pop, Madonna période « Holiday » ou encore George Mickaël période Wham… Ludique, unique et unisexe, des bracelets à porter au grès de ses humeurs, en semainier multicolore ou color block. A l’unité ou en accumulation, à s’offrir ou à partager avec son double.
ScooByDJU
Bracelet en or rose, diamant et caoutchouc
10 couleurs au choix
Prix : 395 euros
http://www.djula.fr
Contact presse : Nicolas Dal Sasso +33 00 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

ADPHILE / Concours Presse Junior 2019 – Les lauréats…

LE CONCOURS PRESSE JUNIOR a révélé jeudi 13 juin, ses lauréats 2019 à l’occasion de la cérémonie de remise des prix, à l’auditorium du Groupe La Poste.
Lancé au mois d’octobre 2018 par l’ADPHILE (Association pour le développement de la philatélie) en collaboration avec le CLEMI (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information) et le magazine philatélique TIMBRES MAGAZINE, le CONCOURS PRESSE JUNIOR est dédié aux élèves des écoles élémentaires et de collège ; il s’inscrit dans le cadre de la semaine de la presse et des médias à l’école.
L’édition 2019 du CONCOURS PRESSE JUNIOR est placée sous le thème de « L’information sans frontières ? ». Les élèves encadrés par leurs enseignants, ont été invités à rédiger news, brèves ou articles illustrés par le timbre. Ce projet fait pleinement écho à des priorités fixées par le Ministère de l’Éducation nationale afin de renforcer les fondamentaux : Ecrire pour informer et respecter la parole de l’autre et la liberté d’expression.
Il a pour vocation de :
• Sensibiliser les élèves des écoles élémentaires et des collèges au traitement de l’actualité,
• Les former à la responsabilité et à la liberté d’expression pour en faire des citoyens libres et responsables,
• Leur donner la possibilité, assistés de leurs professeurs, de participer à la réalisation d’un magazine dans lequel le timbre constituera le principal support iconographique.
• Découvrir les richesses du timbre,
• Apprendre à chercher des informations et à vérifier les sources.
Le CONCOURS PRESSE JUNIOR 2019 clos le 31 mars dernier, a réuni plus de 3000 enfants à travers la rédaction de 400 articles aux sujets divers et variés avec cependant des thématiques récurrentes telles que la protection de l’environnement ou le développement durable. Le jury de cette seconde édition était composé notamment de personnalités telles que Raphaël Domjan, explorateur et conférencier suisse ayant
notamment initié le 1er tour du monde à l’énergie solaire ou encore la navigatrice française Anne Quéméré.
LE PALMARÈS 2019
1er PRIX DES COLLÈGES
Remis par Philippe Wahl, Président-Directeur Général du Groupe La Poste
Ibrahima Baldé, Alvin Etchian et Jean-Marc Tessia
Pour leur article :
« Le wax, un symbole de la culture africaine et de la mondialisation… »
Collège Gustave Flaubert, Paris 13ème
Classe de 6ème
Enseignante : Cassandre Pinto
2ème PRIX DES COLLÈGES
Remis par : Marie Lloberes, Déléguée Générale de la Fondation La Poste et Gauthier Toulemonde, Rédacteur en Chef de Timbres Magazine et explorateur français
Naëlle Briand, Isaac Chonavey-Idtaleb, Amar Haddaoui, Abdel-Rahman Sharaf et Joachim Testot-Pinto
Pour leur article :
« Le cochon : un animal emblématique… »
Collège Gustave Flaubert, Paris 13ème
Classe de 6ème
Enseignante : Cassandre Pinto
1er PRIX DES CLASSES ÉLÉMENTAIRES
Remis par : Anne Quéméré, exploratrice française et Richard Sénéjoux, Grand Reporter au magazine Telerama
Romane Pittin et Alexandre Deloge
Pour leur article :
« Une fête un peu amère… »
École Jacques Prévert, Saint-Jean de Braye / Centre-Val de Loire
Classe de CM2
Enseignante : Michèle Julien
2ème PRIX DES CLASSES ÉLÉMENTAIRES
Remis par : François Farcigny, Président de la C.N.E.P (Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie)
Axelle Dubuy-Trey
(Représentée par sa maman)
Pour son article :
« La fabuleuse rencontre d’un bénévole de la Croix Rouge… »
École Fourcroy, Paris 17ème
Classe de CM1
Enseignante : Bénédicte Lavaud
À PROPOS DE L’ADPHILE
L’ADPHILE est une association ayant pour vocation d’encourager le loisir philatélique auprès du grand public, des jeunes et notamment auprès des enfants de 7 à 11 ans Elle encourage le phénomène de collection dans ses différentes dimensions culturelles, patrimoniales, historiques, ludiques et créatives L’ADPHILE est agréée par le Ministère de l’Éducation nationale comme association éducative complémentaire de l’enseignement public.
http://www.decouvrirletimbre.com
Contact presse : Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente, du 28 mai au 15 juin, « ARTICULATION », une exposition de KUNTZEL + DEYGAS…

Du 28 mai au 15 juin, Kuntzel+Deygas proposent Articulation à la galerie Joyce (Paris 1er), une exposition de dessins, objets et musique autour du mouvement et du dialogue. Dessins-affiches, encres-storyboard, speakers anthropomorphes et bande-son s’articulent et se répondent pour composer la trame d’un film imaginaire ébauché par Olivier Kuntzel et Florence Deygas. Deux grands manipulateurs d’images et son, à qui l’on doit entres autres depuis 1988 le générique de Catch me if you can pour Steven Spielberg, le personnage-égérie La Petite Robe Noire Guerlain, la Lampe MiCha (vendue au Bon Marché) ou les deux chiens existentialistes italiens Cap & Pep dont les aventures ont fait les beaux jours de Colette et du Vogue Nippon.
L’exposition regroupe deux séries de dessins organiques à l’encre : articulations d’Olivier Kuntzel et contorsions d’après modèle vivant par Florence Deygas. Certains dessins de ces deux séries seront agrandis sur des tapis tuftés main ou bien rétrécis puis sérigraphiés sur des tote bag en série limité. Dans l’espace, 8 MinuSkull, ces enceintes vanités imaginées par le duo diffuseront sons, musique et des paroles qui dialogueront pour composer un paysage sonore évolutif signé Romain Turzi dont le point de départ est un court texte français confié à Google Translate pour être traduit, manipulé, trituré en différentes langues avant son retour en français dans une version métamorphosée.
Olivier Kuntzel a débuté cette série de dessin à l’encre et gouache sur carton bois, des cadrages serrés sur des bras articulés mi organiques mi exo-squelette. On pense à des affiches pour un film fantastique élégant. “Affiches parce qu’une sensation typographique structure toujours mes dessins. Le trait est tendu, les courbes évoquent des trajectoires bien négociées ; et l’élégance naît de cette impression de rencontrer un monstre bien habillé. Dans l’affiche il y a un mystère que le film va révéler, mais là, pas de film, juste du mystère. “ Les gouaches mélangées à la poudre métallique sont encadrées sans vitre “pour charger le contact cru avec toutes ces textures. On prend le risque de l’altération, ce n’est pas un risque c’est la vie du dessin qui évolue, vieillit, se patine, devient plus précieux encore avec le temps.”
Pour sa série d’esquisses, Florence Deygas a pris rendez-vous avec une contorsionniste “pour me déstabiliser un peu face à un modèle vivant. Inédit pour moi. Les postures restaient sous mes yeux quelques secondes, les 3 heures de la première séance étaient comme un marathon sans respirer. Le mouvement était captivant. La nudité du croquis m’a toujours attiré. Ce qui peut naître du trac aussi.”. Une urgence de l’instant qui délivre de l’habilité pour s’approcher du vivant. “Je me suis retrouvée comme si je voyais un corps humain pour la première fois, étonnée de voir une tête aussi près d’une hanche, de ne plus comprendre d’où venait le point d’appui. La prochaine fois je dessinerai en cabine d’apesanteur !”
MinuSkull ” Nous avons eu envie que les premiers spectateurs de l’exposition soient un groupe de 8 MinuSkull auxquels nous avons donné des corps en ruban de métal soudé, réalisés d’après nos croquis par Y.A.ATelier, puis nous avons amené ce groupe au musicien et compositeur Romain Turzi, qui a accepté de composer une œuvre musicale à huit voix pour cette installation.
KUNTZEL + DEYGAS : « ARTICULATION »
Exposition du 28 mai au 15 juin 2019
Du lundi au vendredi, de 12h à 18h30
Samedi, de 14h30 à 19h
JOYCE GALLERY
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
http://www.kuntzel-deygas.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

DJULA inaugure une nouvelle boutique à Cannes, rue d’Antibes…

C’est au 70 de la rue d’Antibes – artère incontournable de Cannes – que la Maison de joaillerie DJULA déploie depuis cette fin mai et sur plus de 70 mètres carrés ses collections signatures : « Soleil », « Barbelés », « Marquise » mais également ses pièces de Haute Joaillerie « Unique by DJULA ». Un lieu voulu et imaginé par Alexandre Corrot, Fondateur et Directeur Artistique de la griffe, qui reprend les matériaux et les couleurs emblématiques Maison : contraste du noir et blanc, lustres Art Déco de cristal, miroirs au serti invisible, sol graphique et optique, papiers peints aux fils d’argent et enfin métal et le marbre qui se mixtent en parfaite harmonie. Une architecture faisant écho au savoir-faire du joaillier parisien à l’esprit Glam’Rock. Après Cannes, c’est en juin à Londres chez Harrod’s – autre lieu mythique s’il en est – que la Maison exposera ses collections et son univers unique au rez-de-chaussée dans l’espace dédié à la joaillerie. Aujourd’hui, DJULA compte un site E.commerce, 5 boutiques à Paris, 1 boutique à Cannes, 1 boutique à Doha, 2 boutiques à New York, 1 boutique à Los Angeles et un réseau d’une centaine de joailliers partenaires dans le monde.
DJULA – 70 Rue d’Antibes – Cannes – T 04 93 38 23 99
Contact presse : Nicolas Dal Sasso +33 6 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com
http://www.djula.fr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente, du 18 avril au 18 mai, « La Tennis Bensimon…1979-2019 – Forever Young »

Serge et Yves Bensimon rendent hommage au produit qui les as propulsés 40 ans plus tôt, dans le monde de la mode.
A l’image de cette marque familiale, héritière de la culture du surplus militaire, la Bensimon est devenue au fil des années un objet de transmission, à la fois iconique et affectif.
Symbole de l’expression lifestyle de la marque, cet accessoire se joue des modes pour mieux créer la tendance. Objet culte, de pasion, parfois de revendication et d’exposition, elle est l’ambassadrice d’une créativité singulière et du casual chic français… « Autour du monde »!
Découvrez son histoire à travers une rétrospective de la marque, du 18 avril au 28 mai 2019, chez JOYCE GALLERY, 168 Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
La Tennis Collector Bensimon
La tennis des 40 ans est la réplique de la tennis originelle : immaculée. La couleur, symbole de la marque, s’immisce dans les détails. La Tennis Collector Bensimon sera vendue en exclusivité chez JOYCE GALLERY, avec ses 4 semelles interchangeables dans une pochette au monogramme unique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé