JOYCE GALLERY prolonge l’exposition « 800 KM MAX. – Transparence 01 » jusqu’au 10 juin…

Ouverte de nouveau depuis le 12 mai, la JOYCE GALLERY prolonge l’exposition du VILLAGE DES CRÉATEURS, interrompue par la crise du COVID-19. Cette exposition est à découvrir ou redécouvrir jusqu’au 10 juin 2020, au Palais Royal à Paris, dans des conditions sanitaires optimales.
Au mois de mars dernier, Le VILLAGE DES CRÉATEURS (VDC) répondait une nouvelle fois à l’invitation de JOYCE GALLERY. Pour sa 10e exposition, le label des marques de créateurs-entrepreneurs de la région de Lyon a choisi d’ouvrir un cycle intitulé « Transparence », avec un premier chapitre consacré à la fabrication des collections. Le consommateur est de plus en plus exigeant. Entre créativité et quête de sens, il souhaite davantage d’authenticité, de qualité et de durabilité. Les marques françaises se doivent d’afficher clairement leurs valeurs, leur sourcing, leur production. Une transparence vis-à-vis du client, un engagement responsable, une mise à nue de leur cycle de production.
Avec cette exposition, le VILLAGE DES CRÉATEURS a sélectionné une dizaine de marques de la région Auvergne Rhône-Alpes, répondant aux critères fixés : une fabrication de leur produit à distance raisonnée, un lieu de production à 800 km max de Lyon. Ces marques ont choisi de travailler avec les ateliers experts d’un savoir-faire, qu’ils soient à Lyon, en Région, à Paris, en Normandie, en Bretagne, en Italie.
ANI ARPÉ, prêt-à-porter • ATELIER ST EUSTACHE, chaussettes transparentes • EPICOSM, oléo-cosmétique naturelle • ESKHINA, bijoux contemporains • LE FEUILLET, maroquinerie • MAKE ME STITCH, kits de broderie DIY • NUMERO K, sacs • THINGS WITH SOULS, accessoires en soie • VÉRONIQUE DE SOULTRAIT, pièces de décoration uniques et d’exception • YVO ET MOI, maillot de corps revu et corrigé • SAÏSAÏ, prêt-à-porter et accessoires
DEPUIS 2001, LE VILLAGE DES CRÉATEURS ACCOMPAGNE ET PROPULSE LES CREATEURS-ENTREPRENEURS MODE, DÉCO, & LIFESTYLE.
Le VILLAGE DES CRÉATEURS est un acteur incontournable des industries créatives. Depuis 2001, il a soutenu le développement de plus de 330 entreprises. Aujourd’hui, c’est un support de développement économique de 80 marques de mode, déco et lifestyle de la région Auvergne Rhône-Alpes. Son action s’articule autour de la pépinière d’entreprises à Lyon, Passage Thiaffait où 15 créateurs-entrepreneurs développent leur business pendant 2 à 3 ans et bénéficient de conseils d’experts et d’intervenants professionnels en entrepreneuriat, direction de collection, gestion, import-export, communication, déploiement commercial et digital. Véritable label, le VDC organise des événements, exposition, pop-up stores et fédère une communauté de 80 créateurs bénéficiant de services, de conseils. Ils échangent, partagent, souvent coconstruisent ensemble. Le VDC est aussi à l’initiative de TALENTS DE MODE, concours des nouvelles entreprises de mode.
VILLAGE DES CREATEURS – « 800 KM MAX. – Transparence 01 »
Exposition jusqu’au 10 juin 2020
Du lundi au vendredi, de 14h à 18h
Fermée le 22 mai et le 1er juin 2020
Contacts presse :
Nicolas Dal Sasso +33 6 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com
Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com
http://www.villagedescreateurs.com
http://www.joyce.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Non classé

LE VILLAGE DES CRÉATEURS présente du 11 au 21 mars, sa 10ème exposition chez JOYCE GALLERY…

800 KM MAX.
TRANSPARENCE 01
Le VILLAGE DES CRÉATEURS (VDC) répond une nouvelle fois à l’invitation de JOYCE GALLERY. Pour sa 10ème exposition, le label des marques de créateurs-entrepreneurs de la région de Lyon a choisi d’ouvrir un cycle intitulé « Transparence », avec un premier chapitre consacré à la fabrication des collections. Le consommateur est de plus en plus exigeant. Entre créativité et quête de sens, il souhaite davantage d’authenticité, de qualité et de durabilité. Les marques françaises se doivent d’afficher clairement leurs valeurs, leur sourcing, leur production. Une transparence vis-à-vis du client, un engagement responsable, une mise à nue de leur cycle de production. Avec cette exposition, le VILLAGE DES CRÉATEURS (VDC) a sélectionné une dizaine de marques de la région Auvergne Rhône-Alpes, répondant aux critères fixés : Une fabrication de leur produit à distance raisonnée, un lieu de production à 800 km max de Lyon. Ces marques ont choisi de travailler avec les ateliers experts d’un savoir-faire, qu’ils soient à Lyon, à Paris, en régions ou même en Italie.
ANI ARPÉ, prêt-à-porter femme • ATELIER ST EUSTACHE, chaussettes transparentes • EPICOSM, oléo-cosmétiques naturelles • ESKHINA, bijoux contemporains • LE FEUILLET, maroquinerie • MAKE ME STITCH, box de broderie DIY • NUMERO K, sacs • THINGS WITH SOULS, accessoires en soie • VÉRONIQUE DE SOULTRAIT, pièces de décoration d’exception • YVO ET MOI, maillot de corps revu et corrigé.
DEPUIS 2001, LE VILLAGE DES CRÉATEURS ACCOMPAGNE ET PROPULSE LES CRÉATEURS-ENTREPRENEURS MODE, DÉCO & LIFESTYLE.
Le VILLAGE DES CRÉATEURS (VDC) est un acteur incontournable des industries créatives. Depuis 2001, il a soutenu le développement de plus de 330 entreprises. Aujourd’hui, c’est un support de développement économique de 80 marques de mode, déco et lifestyle de la région Auvergne Rhône-Alpes. Son action s’articule autour de la pépinière d’entreprises à Lyon, Passage Thiaffait, où 15 créateurs-entrepreneurs développent leur business pendant 2 à 3 ans et bénéficient de conseils d’experts et d’intervenants professionnels en entrepreneuriat, direction de collection, gestion, import-export, communication, déploiement commercial et digital. Véritable label, le VDC organise des événements, expositions, pop-up stores et fédère une communauté de 80 créateurs bénéficiant de services, de conseils. Ils échangent, partagent, souvent coconstruisent ensemble. Le VDC est aussi à l’initiative de TALENTS DE MODE, le concours des nouvelles entreprises de mode.
800 KM MAX. TRANSPARENCE 01
Exposition du 11 mars au 21 mars 2020
JOYCE GALLERY
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
Du lundi au vendredi, de 13h30 à 18h30
Samedi, de 14h30 à 18h30
Contact presse : Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente du 22 février au 5 mars, NOCHAPIQ « Road Trip »…

Le 14 septembre 2019, à la sortie d’un concert de Christine & The Queens, salle Pleyel à Paris, Noémie Chaillet-Piquand a un déclic et décide de faire son « coming out » artistique pour devenir NOCHAPIQ. Une signature que cette artiste touche à tout revendique, assume et pose désormais sur des objets du quotidien enrubannés, des pièces de mobilier ébouriffés, des pavés parisiens parés de couleurs. Sa matière de prédilection : le ruban de Maisons de luxe, appelé également bolduc. Un certain regard sur l’art et sur l’apparence dans notre société, à découvrir du 22 février au 5 mars 2020 dans le cadre de l’exposition « Road Trip » que lui consacre la JOYCE GALLERY au Palais Royal.
Noémie Chaillet-Piquand ne s’épanouit qu’en zone libre. Son esprit créatif, voire récréatif, a besoin de marge de manœuvre, d’air, d’espace : « Je fonctionne à l’instinct. J’aime tester, tâtonner, expérimenter, fouiner ». A l’instar de la démarche spontanée qui l’a menée à la création artistique en 1993. Une première phase de réalisations personnelles qu’elle appelle « mon école des Beaux Arts ». A cette époque, il va lui suffire de commencer des collages, d’acheter quelques tubes de gouache pour prendre goût à manipuler matières, couleurs, formes et outils.
En 2015, devenue autonome et freelance dans l’univers du luxe, de la mode, de la beauté, Noémie Chaillet-Piquand renoue avec la création. Elle dégage du temps pour intensifier son envie de « Faire » sans commandes, ni contraintes. Elle va ainsi reprendre et poursuivre le travail amorcé quelques années auparavant autour de pièces de mobilier. Ses matières premières ? Des vêtements de grandes maisons déchiquetés, des couvertures de survie lacérées, des bouts de ficelle, des élastiques, des écouteurs d’iPhone… De ces drôles de matériaux, elle couvre, recouvre, habille les meubles qu’elle a chez elle ou qu’elle trouve aux puces ou à Drouot, de la chaise de jardin, à la console en bois massif. Elle va même à s’emparer et à emballer le fameux pavé parisien.
C’est en 2017, que le ruban de marques de luxe s’impose vraiment à elle, après la réalisation d’une console nommée « Woodstok », première pièce de mobilier où elle utilise ce médium original. Tout y passe alors cuillères, fourchettes, pipes, brosses à dents, appareils photos, caméras, marteaux, bracelets, prises électriques, souris d’ordinateurs… Ces objets de la vie quotidienne se parent de rubans griffés chinés en brocante ou sur internet. Elle choisit le bolduc parce qu’il ne s’achète pas et qu’il l’intéresse aussi pour sa valeur statutaire. Atypie du geste ? Façon de momifier une certaine idée de la société de consommation ? Noémie qui se sent proche du Pop Art et du Surréalisme laisse chacun libre de s’approprier cet objet rhabillé, qu’elle veut avant tout créateur de lien avec l’envie que le visiteur, l’observateur, le curieux se pose des questions en le découvrant. En 2019 Noémie Chaillet-Piquand devient NOCHAPIQ.
NOCHAPIQ, vit et travaille à Paris. Dans son atelier qu’elle appelle « Les Feuillantines » du nom de la rue où il se situe, des bolducs de toute sortes côtoient une collection de dés à coudre, des tissus, des objets fraîchement enrubannés. Sur son établi, une pléiade d’outils ciseaux de coiffeur, plioir en ivoire, gomme en crêpe, adhésif double face, planches de coupe. C’est ici qu’elle a « embolduqué » déjà plus de 2000 objets.
NOCHAPIQ « Road Trip »
Exposition du 22 février au 5 mars 2020
JOYCE GALLERY : 168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
Contacts presse :
Nicolas Dal Sasso +33 6 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com
Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

MADAME CHANTAL THOMASS x ROMETTI : Une nouvelle collection de céramiques…

Depuis plusieurs années, Madame Chantal Thomass partage sa vision de la mode et de l’art de vivre à travers des collaborations inédites et des collections inspirées.
A l’occasion du salon Maison & Objet, du 17 au 21 janvier prochain, elle dévoilera une nouvelle collection de céramiques née de la rencontre, il y a quelques saisons déjà, entre l’ultra-féminité de la créatrice et le savoir-faire de la fameuse manufacture de céramique italienne : Rometti.
Imaginée de concert avec Jean-Christophe Clair, directeur artistique de Rometti, cette collection met en scène des vases à col ponctués de rubans en céramique ou en satin, des amphores ornées de camées ou de dentelle peinte, des coupes à nœuds, des boules et cœurs décoratifs… Autant d’objets de convoitise et de séduction aux volumes généreux qui révèlent à travers leurs textures sensuelles, leurs détails raffinés, leurs finitions exigeantes les traits de féminité, d’humour, d’impertinence… l’univers de Madame Chantal Thomass. Ses couleurs fétiches subliment les émaux satinés et brillants apposés sur l’argile façonnée au tour et passée au feu. Noir et blanc, rose poudré, rose ancien exaltent les décors et ornements.
Créée en 1927 par Settimio Rometti, à Umbertide, dans la province de Perugia, et reprise en 2009 par Massimo Monini, son directeur, la manufacture de céramique Rometti perpétue la tradition et le savoir-faire d’exception des maîtres céramistes italiens. La terre d’Ombrie extraite des bords du Tibre, non loin, constitue depuis toujours l’humus vital d’une production artisanale ne se limitant pas seulement à la réalisation de belles pièces d’exception mais dont l’ambition est aussi de laisser une empreinte marquante et originale dans le panorama de la céramique d’aujourd’hui.
MADAME CHANTAL THOMASS x ROMETTI
Maison & Objet
Du 17 au 21 janvier 2020
Hall 5A – Espace Unique & Eclectic
Contacts presse :
Nicolas Dal Sasso +33 6 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com
Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente, du 28 mai au 15 juin, « ARTICULATION », une exposition de KUNTZEL + DEYGAS…

Du 28 mai au 15 juin, Kuntzel+Deygas proposent Articulation à la galerie Joyce (Paris 1er), une exposition de dessins, objets et musique autour du mouvement et du dialogue. Dessins-affiches, encres-storyboard, speakers anthropomorphes et bande-son s’articulent et se répondent pour composer la trame d’un film imaginaire ébauché par Olivier Kuntzel et Florence Deygas. Deux grands manipulateurs d’images et son, à qui l’on doit entres autres depuis 1988 le générique de Catch me if you can pour Steven Spielberg, le personnage-égérie La Petite Robe Noire Guerlain, la Lampe MiCha (vendue au Bon Marché) ou les deux chiens existentialistes italiens Cap & Pep dont les aventures ont fait les beaux jours de Colette et du Vogue Nippon.
L’exposition regroupe deux séries de dessins organiques à l’encre : articulations d’Olivier Kuntzel et contorsions d’après modèle vivant par Florence Deygas. Certains dessins de ces deux séries seront agrandis sur des tapis tuftés main ou bien rétrécis puis sérigraphiés sur des tote bag en série limité. Dans l’espace, 8 MinuSkull, ces enceintes vanités imaginées par le duo diffuseront sons, musique et des paroles qui dialogueront pour composer un paysage sonore évolutif signé Romain Turzi dont le point de départ est un court texte français confié à Google Translate pour être traduit, manipulé, trituré en différentes langues avant son retour en français dans une version métamorphosée.
Olivier Kuntzel a débuté cette série de dessin à l’encre et gouache sur carton bois, des cadrages serrés sur des bras articulés mi organiques mi exo-squelette. On pense à des affiches pour un film fantastique élégant. “Affiches parce qu’une sensation typographique structure toujours mes dessins. Le trait est tendu, les courbes évoquent des trajectoires bien négociées ; et l’élégance naît de cette impression de rencontrer un monstre bien habillé. Dans l’affiche il y a un mystère que le film va révéler, mais là, pas de film, juste du mystère. “ Les gouaches mélangées à la poudre métallique sont encadrées sans vitre “pour charger le contact cru avec toutes ces textures. On prend le risque de l’altération, ce n’est pas un risque c’est la vie du dessin qui évolue, vieillit, se patine, devient plus précieux encore avec le temps.”
Pour sa série d’esquisses, Florence Deygas a pris rendez-vous avec une contorsionniste “pour me déstabiliser un peu face à un modèle vivant. Inédit pour moi. Les postures restaient sous mes yeux quelques secondes, les 3 heures de la première séance étaient comme un marathon sans respirer. Le mouvement était captivant. La nudité du croquis m’a toujours attiré. Ce qui peut naître du trac aussi.”. Une urgence de l’instant qui délivre de l’habilité pour s’approcher du vivant. “Je me suis retrouvée comme si je voyais un corps humain pour la première fois, étonnée de voir une tête aussi près d’une hanche, de ne plus comprendre d’où venait le point d’appui. La prochaine fois je dessinerai en cabine d’apesanteur !”
MinuSkull ” Nous avons eu envie que les premiers spectateurs de l’exposition soient un groupe de 8 MinuSkull auxquels nous avons donné des corps en ruban de métal soudé, réalisés d’après nos croquis par Y.A.ATelier, puis nous avons amené ce groupe au musicien et compositeur Romain Turzi, qui a accepté de composer une œuvre musicale à huit voix pour cette installation.
KUNTZEL + DEYGAS : « ARTICULATION »
Exposition du 28 mai au 15 juin 2019
Du lundi au vendredi, de 12h à 18h30
Samedi, de 14h30 à 19h
JOYCE GALLERY
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
http://www.kuntzel-deygas.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente du 9 au 17 novembre, « CABANE » par LE VILLAGE DES CRÉATEURS…

16 talents mode et design exposent à Joyce Gallery Paris
La 9e exposition du Village des Créateurs à Joyce Gallery Paris rassemblera 16 talents mode et design de la création lyonnaise et de la région Auvergne Rhône-Alpes. Une invitation à entrer à pas de velours dans l’automne par cette balade à travers la forêt.
Lieu de refuge, la cabane sera la mise en scène de cette nouvelle exposition pour proposer un temps suspendu, une véritable osmose avec la nature. Le décor végétal et boisé, entre épure et bien-être, permettra aux collections des créateurs et designers d’exhaler leur singularité.
Lignes sobres et graphiques, jeux de matières et de formes, volumes équilibrés et couleurs contrastées, nous invitent à une parenthèse enchantée.
Lieu de rencontre, d’interaction et de transversalité, le Village des Créateurs fédère à Lyon, une pluralité de personnalités, de sensibilités et d’expressions variées.
« CABANE » par LE VILLAGE DES CRÉATEURS
Exposition du 9 au 17 novembre 2018
Du lundi au samedi, de 14h30 à 18h30
JOYCE GALERY : 168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
http://www.villagedescreateurs.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

Jusqu’au 16 février, découvrez le pop’up store « Spring Royal » de JOYCE GALLERY…

Entre mode, décoration et design, retrouvez les créations originales de Catherine Osti, Nathalie Gagneux, La Môme Bijou, Maison Pourchet, Jérom Léger…
Jusqu’au 16 février 2018
Joyce Gallery
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
Contacts presse :
Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – christian@lemoinedelasalle.com
Nicolas Dal Sasso +33 6 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

Du 23 novembre au 10 janvier, JOYCE GALLERY présente son pop-up store de Noël « CHRISTMAS SILENCE »…

Prêt-à-Porter de Créateurs, accessoires de mode, objets de décoration, créations design, fragrances d’intérieur… Une sélection de pièces originales ou uniques de designers et marques reconnus ou émergents. JOYCE GALLERY met en avant le travail de créateurs passionnés, inspirés et incite à la découverte.
Manchettes bijoux, broches fleurs imaginaires de silicone, objets déco empreints de mystère et de fragilité, luminaires design aux accents scandinaves, bijoux en perle d’hématite ou aux allures d’oiseau de paradis, mini sacs esthétiques et minimalistes, parfums d’intérieur très parisiens, foulards faits main, chaises en patchwork de canevas vintage, décors muraux spectaculaires…. Impossible de ne pas trouver ici son bonheur et de dénicher le cadeau idéal pour ces fêtes de fin d’année….
CHRISTMAS SILENCE
Pop-up store Noël 2017
Du 23 novembre 2017 au 10 janvier 2018
JOYCE GALLERY
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
Tél. +33 1 40 15 03 72
http://www.joyce.com
HORAIRES
23 & 24 novembre, de 12h à 19h
25 novembre, de 14h30 à 18h30
Du 27 novembre au 23 décembre,
Du lundi au samedi, de 12h à 19h
24 & 25 décembre, fermé
26, 27, 28, 29 et 30 décembre, de 14h30 à 18h30
1er & 2 janvier, fermé
Du 3 au 10 janvier,
Du lundi au samedi, de 14h30 à 18h30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

RODOLPHE PARENTE présente « Lingerie Pop Métal » sur AD Intérieurs 2017 à La Monnaie de Paris, du 6 au 20 septembre…

Depuis sept ans, au mois de septembre, Marie Kalt, Rédactrice en Chef du magazine AD France et son équipe sélectionnent pour une exposition temporaire, dix décorateurs et architectes d’intérieur internationaux aux talents confirmés ou émergents. Chacun est invité à mettre en scène une pièce de la maison illustrant leur philosophie autant que leur style en s’entourant des meilleurs artisans et savoir-faire.
Une carte blanche leur permettant d’explorer non seulement une thématique donnée mais d’imaginer surtout un espace étonnant célébrant la haute-décoration. Cette année, l’exposition aura lieu à la Monnaie de Paris et sera placée sous le thème de la Matière.
Architecte d’intérieur, Rodolphe Parente interroge cette année la notion du beau dans le quotidien et sa démarche créative s’oriente vers une pièce de la maison dite de service ou fonctionnelle. Comment apporter créativité et sophistication à un espace bien souvent caché ? Dans son travail, Rodolphe Parente s’attache à l’idée que l’on peut envisager la décoration de ce genre d’espace « secondaire » avec le même souci esthétique qu’une pièce telle que le salon ou la chambre à coucher. C’est un peu comme penser l’intérieur de la poche d’un manteau avec de la fourrure ; vous êtes le seul à connaître ce confort intime, ce détail secret, cette sophistication ultime. La buanderie, scène d’expression…
Dans ce lieu, les fonctionnalités y sont diverses, souvent délaissées par le beau. L’idée ici, n’est pas de remettre en question les fonctions de base comme le lavage, le séchage, le repassage mais bien de les mettre en exergue de façon inédite à travers une lecture insolite : le choix de matières détournées, l’utilisation inattendue de savoir-faire, des détails de décoration décalés.
Ce projet se veut donc captif par le traitement original de l’espace. Le sol interrogera l’art de la marqueterie. Comme une grande peinture abstraite, en pièces de métal texturé et patiné s’animeront en taches contemporaines et colorées. Les murs en tôle polimiroir seront comme des voiles immatériels reflétant par diffraction le graphisme du sol. Détourner l’utilisation du matériau d’habillage des façades pour un usage domestique. Un lavoir de pierre s’inscrira dans un paravent en verre texturé rappelant les typologies d’aération des buanderies. La table à repasser se présentera au centre du lieu tel le symbole du beau fonctionnel. Les matières nobles habillent les fonctions techniques : le pied en patine est souligné par une structure de laiton brossé. Un rangement dissimulé met en scène des produits ménagers devenant icônes et clin d’œil à la culture pop. Des vêtements suspendus à des tringles de séchage rythment aussi l’écriture du décor.
L’approche de Rodolphe Parente se veut différente, sensible à la virtuosité du geste, ouverte aux questionnements sur la forme dans la réalité d’usage et de mise en œuvre… Apporter du beau au quotidien.
La « Lingerie Pop Métal » by Rodolphe Parente
AD Intérieur 2017
Exposition du 6 au 20 septembre 2017, de 11h à 19h
La Monnaie de Paris : 11, quai de Conti 75006 Paris
http://www.rodolpheparente.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
À propos de Rodolphe Parente
Marqué par l’excellence des décorateurs ensembliers comme Pierre Chareau, Gio Ponti ou Carlo Scarpa, Rodolphe Parente décide de se former aux métiers de sa future profession : l’architecture intérieure, le design. Diplômé en architecture intérieure à l’École Nationale des Beaux Arts de Dijon puis de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Rodolphe Parente complète sa formation initiale en design produit à l’ECAL (École Cantonale d’Art de Lausanne).
Rodolphe Parente collabore ensuite plusieurs années avec Andrée Putman à Paris. Il conçoit de nombreux projets, allant de la conception de mobilier en passant par la conception d’architecture intérieure comme le réaménagement de l’hôtel Morgans à New York.
Stimulé par ses expériences aux cotés de grands noms du luxe et du design contemporain, Rodolphe Parente développe son studio à Paris dédié à l’architecture d’intérieure, le design et la scénographie pour des projets exclusifs, aussi bien résidentiels que commerciaux. Il a su allier à sa sensibilité des détails, celle de la maîtrise des savoir-faire pour dessiner des intérieurs sophistiqués et narratifs. Pour donner un ton juste à ses créations, Rodolphe Parente place toujours l’utilisateur au centre de sa démarche créative qu’il veut ouverte aux émotions, à la qualité du dessin, au graphisme. Il puise dans le quotidien ce qui va en permanence inspirer son travail de création : un mélange intime de textures et de sensibilités qui le guide vers une quête de perfection motivée par une recherche de conforts esthétiques et fonctionnels.
Dossiers de presse et visuels à télécharger sur : http://urlz.fr/5MNF
Non classé

RODERICK MURRAY évoque avec JOYCE son dernier projet de restauration au cœur d’Édimbourg (Écosse)…

Nombre d’aspirants propriétaires seraient pour le moins découragés à l’idée de transformer un bâtiment vieux de deux cents ans et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en habitation résidentielle. La plupart partirait en courant devant l’ampleur de la tâche. Comme nous sommes à Édimbourg, nul doute qu’ils prendraient la fuite vers les Highlands. Installés à l’autre bout du monde, l’architecte Roderick Murray, son partenaire Andrew Keith, président de l’enseigne de détaillants de mode JOYCE, tous deux basés à Hong Kong, ont pourtant entrepris, avec Lane Crawford, de rénover méticuleusement une propriété de style géorgien des années 1830 qu’ils venaient d’acquérir pour en faire un véritable havre contemporain en centre-ville, sans pour autant trahir l’histoire des lieux.
Pour ces habitants de Hong Kong d’ascendance écossaise, les affinités avec leur pays et leur culture d’origine sont toujours très fortes. Leur choix s’est porté sur une imposante bâtisse au style emblématique de ce district, située en plein cœur de la capitale, à deux pas de la résidence du Premier ministre d’Écosse. Difficile de concevoir une déclaration plus évidente de leur passion pour la culture, l’art et l’artisanat locaux.
Bien que baptisé « Nouvelle ville », le quartier a en réalité été édifié entre 1790 et 1820 pour répondre aux enjeux du développement de la vieille ville d’Édimbourg. Sa création s’inscrivait alors dans le cadre d’un modèle de planification dynamique de la ville. Les propriétaires ont tout d’abord été séduits par les proportions emblématiques de cette propriété à l’esthétique purement géorgienne.
« Nous avions passé de nombreuses années à la recherche d’un projet et d’une opportunité de ce type. Trouver une propriété restée en grande partie intacte relevait véritablement du défi. Dans les années 70, du fait de leurs dimensions, la plupart de ces bâtiments ont été convertis en espaces de bureaux sans subir d’altérations majeures. En venant de Hong Kong, nous avons été séduits par l’échelle du bâtiment : entre 3 500 et 4 000 mètres carrés offrant une belle surface habitable avec accès aux jardins, au centre de la place », se remémore Roderick Murray.
LA RÉSIDENCE
Après des études à la Glasgow School of Art, Roderick Murray a débuté sa carrière aux côtés de Norman Foster, alors responsable de la création de projets d’infrastructure stratégiques à grande échelle tels que l’aéroport de Hong Kong. Aujourd’hui spécialisé dans le domaine de l’architecture résidentielle et du design d’intérieurs, Roderick Murray a pu compter sur ses années d’expérience et d’expertise pour s’y retrouver dans le dédale des démarches administratives et des demandes d’autorisation nécessaires. Pas moins de douze mois de délai se seront en effet écoulés avant qu’il ne puisse commencer la réhabilitation de la bâtisse visant à créer un espace adapté à un style de vie contemporain.
« Historiquement, à l’époque géorgienne, il n’était pas rare de recevoir ses invités dans la chambre. Celle-ci possédait des doubles portes qui vous permettaient de tenir des conversations privées et pouvaient s’ouvrir sur le salon. Nous avons installé la cuisine à l’étage et conçu tout l’espace comme un salon ouvert que nous pouvions utiliser comme bureau et comme espace de travail. Cet espace constitue vraiment le cœur de la maison. »
Si la cuisine est signée Roderick Murray, ce dernier a décidé de faire appel à un ébéniste local pour la fabrication et le montage des meubles de rangement. Ce n’est là que l’un des nombreux clins d’œil du designer à l’attention de l’artisanat et des traditions passées et présentes de la région. L’imposante cage d’escalier abrite des luminaires traditionnels confectionnés par un forgeron de la région, tandis qu’un rideau contemporain tamisé en tweed, acquis auprès de l’enseigne Bute, habille les fenêtres de la chambre. Un papier peint graphique, signé Timorous Beasties, une entreprise de Glasgow, tapisse les murs de la salle à manger, tandis que l’impressionnant miroir orné de dorures de style géorgien situé dans le salon principal a été chiné, parmi de nombreuses pièces, au cours de ventes aux enchères qui se sont tenues dans des maisons historiques telles que la « Torridon House » (autrefois le domicile ancestral des « Earls of Lovelace »).
En tant qu’ancien élève de la Glasgow School of Art, Roderick Murray a tenu à ponctuer les différents espaces de travaux possédant une grande force d’interpellation réalisés par de grands artistes également diplômés de l’école : Ken Currie, Adrian Wiszniewski et Steven Campbell. On y trouve également des exemples issus d’une génération d’artistes de Glasgow de la fin des années 1800 : les « Glasgow Boys », à l’instar de Stuart Park, ainsi que le peintre coloriste écossais John Peploe.
Du fait de leurs influences internationales, il n’est guère étonnant que la décoration de l’intérieur de la maison embrasse un champ bien plus large que les seuls confins de la côte écossaise. Roderick Murray est habilement parvenu à trouver un juste équilibre entre des pièces venues du monde entier. C’est ainsi qu’un tapis réalisé sur mesure de Jaipur côtoie des œuvres de Gervasoni, Paula Navone, Arne Jacobsen et Tom Dixon.
« Notre approche du design d’intérieur est très éclectique, à la fois de par la nature même de notre activité, mais aussi du fait que nous vivons en Asie. En partant du style géorgien qui constituait l’ADN de la maison, il s’agissait ensuite d’ajouter d’autres couches de mobilier moderne, de l’art contemporain aussi bien que des pièces anciennes. Nous n’avons délibérément pas cherché à obtenir un contraste autre que celui offert par la simple évolution organique de pièces que nous avons rassemblées de façons qui ont même parfois réussi à me surprendre »,
confie Roderick Murray, faisant allusion à sa surprenante combinaison des tirages de Stephen Campbell exposés au-dessus d’une console thaïlandaise ancienne de deux cents ans de Chiang Mai, complétée par une paire de lampes Kartell en or.
Sans rien renier de l’influence esthétique caractéristique de Roderick Murray, en circulant d’une pièce à l’autre, on réalise rapidement que chaque espace est doté d’une identité propre : ambiance décontractée dans l’espace cuisine-salon à l’étage ou plus formelle dans le salon du rez-de-chaussée. Attention, formel ici ne rime pas nécessairement avec austère :
« La pièce est orientée au sud. Résultat : bien que la couleur des murs soit bien définie [un bleu sarcelle turquoise vif], celle-ci change tout au long de la journée au gré des variations de la lumière dans lesquelles la pièce est baignée. »
Parmi toutes ces œuvres, la préférence de l’entreprise se porte sur un ajout plus contemporain : un buste en marbre retravaillé de l’artiste écossais Jonathan Owen, dont l’une des spécialités est de s’inspirer de bustes de style géorgien originaux pour les déstructurer. À partir d’une tête en marbre, il a sculpté dans le visage afin de former une cage abritant une forme de boule qui roule librement.
« En clair, à l’image de la maison elle-même, vous avez devant vous quelque chose qui semble classique, mais en y regardant de plus près, vous découvrez que ce n’est pas du tout ce à quoi vous vous attendiez. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À PROPOS DE RODERICK MURRAY
Roderick Murray a étudié à la Glasgow School of Art et a ensuite été diplômé de la Mackintosh School of Architecture. Il a travaillé dans de multiples environnements de conception, de la mode au design d’intérieur et de produits, en passant par l’architecture. Il s’est établi à Hong Kong en 1995 afin de travailler pour Norman Foster. Il a ensuite fondé son entreprise R J Murray Design (RJMD) en 2005.
Roderick associe les disciplines de l’architecture et du design d’intérieur, en apportant son point de vue unique sur ces deux domaines. Ayant fait le choix de se dédier aux projets résidentiels, il propose un vaste éventail de services : planification de l’espace, aménagement et achat du mobilier, conception sur mesure d’éléments plus fins comme des carreaux de céramique et des tapis en laine réalisés à la main. La plupart sont aujourd’hui commercialisés dans son studio de Sheung Wan en raison de son immense succès.
À PROPOS DE JOYCE
Fondé en 1971, porte-drapeau permanent des artistes et des designers qui transcendent les frontières créatives, le groupe JOYCE représente l’avant-garde de la vente au détail, de la gestion de marque et de la distribution dans le domaine de la mode en Asie. Vivier et promoteur de talents exceptionnels dans le monde entier, le groupe JOYCE possède aujourd’hui sa boutique éponyme multimarques JOYCE et une prestigieuse enseigne de beauté JOYCE Beauty. Il réunit en outre un portefeuille de designers innovants parmi lesquels Alexander Wang, Alexander McQueen, Dries Van Noten, Dsquared2, Hugo Boss, Marni, Neil Barrett, Rick Owens, Sacai, Stella McCartney, Thom Browne et Victoria Beckham. Le groupe JOYCE gère plus de 50 points de vente en Grande Chine, dont six boutiques multimarques JOYCE et plus de 10 enseignes de beauté JOYCE Beauty.
http://www.joyce.com
Non classé