JOYCE GALLERY présente jusqu’au 30 janvier « Série 1 – Atelier François Pouenat »…

L’Atelier François Pouenat présente Série 1, une collection de 8 pièces signées de Paul Loebach, Fredrick Paulsen et Fabien Capello avec et sous la direction artistique de POOL. L’exposition met en lumière les savoir-faire et l’excellence technique des métiers de l’Atelier qui a pour particularité de se réinventer en permanence en s’inspirant de techniques inédites, en créant ses propres outils.Pour montrer la vraie relation, la proximité, voir la complicité entre le faiseur et les concepteurs, cette exposition parie simplement sur l’authenticité. Cet équilibre, cette mise en relation qui séduit et fonctionne, donne naissance à des pièces très abouties.
Collaboration Pool/Atelier
La rencontre de Pool et François Pouenat remonte à 2012 et s’est très vite transformée en collaboration régulière quand François Pouenat leur a confié l’identité du catalogue, de son site internet, puis la direction artistique de son projet de collection en leur demandant d’inviter de nouveaux designers à rejoindre son univers.
POOL Direction artistiques
Pool imagine un projet pour mettre en lumière l’amplitude des talents de l’Atelier et se met en quête des designers de leur génération les plus à la pointe pour exprimer ce savoir-faire.
Léa Padovani et Sébastien Kieffer parviennent à convaincre Paul Loebach, Fredrik Paulsen, et Fabien Capello de les suivre dans la conception de pièces mettant en perspective le travail du métal.
L’Atelier
Issu de l’École des Compagnons du Devoir et du Tour de France, François Pouenat représente la cinquième génération de ferronniers qui perpétue le métier depuis plus de 130 ans. Entreprise du patrimoine vivant, L’Atelier intervient sur des ouvrages classés monuments historiques et des chantiers de grands décorateurs parisiens et étrangers.
« Série 1 – Atelier François Pouenat »
Exposition du 10 au 30 janvier 2019
Joyce Gallery : 168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
http://www.joyce.com
Contacts presse :
Nicolas Dal Sasso +33 723 00 728 – dalsasso.communication@gmail.com
Christian Lemoine de La Salle : +33 6 08 56 23 91 – ch.lemoinedelasalle@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

JOYCE GALLERY présente du 2 au 28 mai, l’univers de la MAISON RUCHER… Exposition & Pop-up store…

« Nous sommes les abeilles de l’univers. Nous butinons éperdument le miel du visible pour l’accumuler dans la grande ruche d’or de l’invisible. ”
Maria Rainer Rilke
Retrouver les racines du luxe, en empruntant le chemin exigeant de la grande tradition artisanale.
S’inspirer de la rigueur inlassable des abeilles, ouvrières généreuses dont l’art est la métamorphose.
Sélectionner avec rigueur de grands artisans au savoir-faire manufacturier exceptionnel.
Préserver nos précieux patrimoines, devenu trop rares et les enrichir d’une vision artistique contemporaine.
Proposer une collection exclusive, haut de gamme et responsable, comme une alternative aux marques de luxe largement diffusées.
Telles sont les fondations de Maison Rucher, au carrefour de métiers de création irréprochables dont il faut préserver l’avenir.
Après avoir passé plus de 20 ans Paris au service des couturiers et des créateurs de Mode, Christophe Campagnola se forme à la magie de l’apiculture dans un petit rucher école de campagne dans le Sud et installe sa maison en Provence. Au chant des Reines qui annonce l’essaimage de la colonie il commence à s’interroger sur les conditions de vie des Abeilles et sur le syndrome d’effondrement des colonies d’Abeilles (CCD) qui touche les Abeilles dans le monde entier et menace par là-même l’équilibre écologique (et économique) de notre planète.
Comme une nécessité, il dédie son expertise du monde de la création et du luxe à la création de MAISON RUCHER qui s’articule autour de 3 univers produit : les miels, les bougies, les vêtements prêt-à-porter et accessoires.
Les miels sont de crus français, d’origine florale et géographique précise, récolté par des apiculteurs responsables, conditionnés dans des pots de verres au couvercle de bois tourné, poncé, ajusté à la main.
Les bougies en pure cire alvéolée de cadre de ruche, sont fabriquées artisanalement et lovées sous des cloches de maitres verriers italiens,
Les vestes d’appartements sont coupées dans des draps de laine et cachemire tissés par un ancestral atelier du Sud de la France et confectionnées dans un atelier voisin, au savoir-faire irréprochable. Les Abeilles qui ornent ici et là certains articles de la collection, sont en métal, parfois précieux, réalisées par un fondeur d’art héraultais qui n’utilise que des métaux recyclés.
MAISON RUCHER adhère et soutient la Société Centrale d’Apiculture des Jardins du Luxembourg à Paris, crée il y a plus de 150 ans pour contribuer à la survie de l’abeille.
http://www.maisonrucher.com
JOYCE GALLERY
Exposition et pop-up store MAISON RUCHER
Du 2 au 28 mai 2018
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal – 75001 Paris
De 14h30 à 18h30, du lundi au samedi. Fermé les jours fériés
http://www.joyce.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

MAISON POURSIN… Métiers d’art et Savoir-faire…

La date de fondation de la Maison est incertaine mais on sait qu’elle existait déjà en 1830, ce qui en fait un des plus anciens ateliers en activité à Paris. L’affaire se fixa à l’adresse actuelle, rue des Vinaigriers dans le 10ème arrondissement, en 1891. Elle accueille Simon Poursin comme associé en 1896, qui en deviendra seul propriétaire à partir de 1907.
Spécialisée dès son origine dans les articles fondus pour la sellerie et les harnais d’attelage, la Maison acquiert une grande renommée en équipant le modeste percheron comme le pur-sang royal, la diligence campagnarde aussi bien que le carrosse princier.
Pendant la Grande Guerre, Poursin fournit le matériel nécessaire au harnachement des chevaux utilisés pour la reconnaissance et la traction : les affaires étaient florissantes. Mais l’apparition de l’automobile, la diminution, puis la quasi-disparition de la traction animale, forçat la Maison à changer d’orientation et à se spécialiser dans la production de pièces pour la maroquinerie (boucles, anneaux, ferrures…), jusqu’alors marginale, devenant petit à petit son activité principale. La plupart des pièces produites sont toutes fortement inspirées par l’univers équestre et ses traditions. Les équipements pour le cheval disparaissent complètement en 1952, lorsqu’André Poursin succède à son père. Il entreprend dès lors une modernisation progressive qui sera poursuivie par son fils Jacques lorsque que celui-ci prendra la direction en 1969. Cette modernisation permettra d’accompagner l’essor de la maroquinerie française de qualité et de luxe dans les années 70’ et 80’.
En 1981, Jacques Poursin associe ses deux fils à l’activité de l’entreprise, c’est ainsi la 4ème génération qui se succède. A ce moment, l’attelage de loisir connaît un nouvel engouement, Poursin reprend alors ses fabrications d’après les modèles ancestraux avec des moyens plus performants mais toujours dans le plus pur respect d’un savoir-faire unique et des traditions de qualité qui font la notoriété de la Maison.
Aujourd’hui, que ce soit dans le domaine de la production de fournitures pour maroquinerie que dans celui du harnachement, la confiance d’une clientèle internationale prestigieuse est le gage de reconnaissance pour la passion et l’amour du bel ouvrage.
MAISON POURSIN – Rue des Vinaigriers – Paris
Le magasin de vente est digne d’un décor de Marcel Carné avec ses armoires de fer, ses casiers et ses tiroirs emplis de milliers de boucles, mousquetons, rivets et autres pièces en laiton pour la maroquinerie et le harnachement de tradition. L’atelier sous verrière est, lui aussi, resté dans son jus. Horloge d’époque, vieilles machines-outils, ouvriers au savoir-faire appliqué… le temps semble s’être arrêté au XIXème siècle. A l’étage, la Maison conserve une fabuleuse collection de matrices d’estampage et de plaques d’initiales et chiffres entrelacés. Dans l’atelier trônent des anciennes presses Crimar ainsi que deux machine U.S. The Baird®, témoins de la Grande Guerre. Les Américains avaient apporté ces machines pour fabriquer leur propre matériel et les ont mises en vente en 1919. Poursin en a fait bon usage. Entretenues et régulièrement graissées, ces pièces de musée pourraient reprendre du service demain matin.
http://www.poursin-paris.fr
Contact presse : Christian Lemoine de La Salle +33 6 08 56 23 91 – christian@lemoinedelasalle.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé