Du 8 au 19 novembre, JOYCE GALLERY présente « OR du CHAMP » une exposition d’IRINA RASQUINET

Passionnée d’art et de mode depuis toujours, Irina Rasquinet a une manière toute particulière de s’approprier les éléments pour en faire une œuvre personnelle, forte et fantasque. Loin de chercher un autre monde, de traquer l’immatériel, elle s’attache aux thèmes des racines, des origines, du déracinement même. De sa Russie natale, elle a gardé le goût des couleurs, se rappelant de celles des Matriochkas ou des œufs de Fabergé. Si une certaine naïveté peut s’insinuer dans ses œuvres, Irina les passe illico à la moulinette décapante de l’humour. Hors-piste, elle sculpte, peint, installe, assemble avec esprit mutin, poésie caustique, fantaisie débridée.
Son exposition « OR DU CHAMP » présentée du 8 au 19 novembre chez Joyce Gallery, s’inscrit dans un univers onirique. Accumulations de formes en mouvement, matières ludiques rappellent le monde de l’enfance où l’art deviendrait un jeu. Ballons mis en cage, bulles de bonheur prêtes à exploser, crayons de couleurs XXL, robots gamers fantasmagoriques… dans cette installation, l’or est omniprésent. C’est l’or sacré de la Sainte Russie, celui des icônes, des bulbes des cathédrales. Métamorphoses singulières, avatars burlesques… Entre nature, clins d’œil et malice, Irina Rasquinet révèle ici et en chacun, le sens inné de l’émerveillement.
« OR du CHAMP » Irina Rasquinet
Du 8 au 19 novembre 2016
JOYCE GALLERY – Jardin du Palais Royal – 168, galerie de Valois 75001 Paris
http://www.joyce.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Non classé

Du 13 octobre au 9 novembre, la GALERIE GRATADOU-INTUITI présente « CINEMA : histoires domestiques », une exposition personnelle d’ÉDOUARD TAUFENBACH

La série de collages qu’Édouard Taufenbach présente sous le tire CINEMA : histoires domestiques s’inscrit dans une double appartenance au récit du cinéma d’une part et au roman familial d’autre part. Toujours à partir d’un ensemble d’anciens tirages argentiques de photographies privées servant de déclencheurs de fiction, les collages de dimensions variables explorent les capacités d’une simple photographie domestique à engendrer du récit, à produire du cinéma.
Depuis bien avant son invention sous sa forme moderne, le cinéma (les images en mouvement) avait cherché ses possibles lieux d’apparition dans des dispositifs optiques tenant ensemble la magie de l’illusion et le pragmatisme technique (des lanternes magiques aux jouets d’optique). Le cinéma diffuse des films sous une forme communément répandue tout au long du XXème siècle, le spectacle cinématographique. Sa scène est un théâtre (la salle de cinéma), où viennent regarder ensemble des spectateurs toujours plus ou moins fascinés par le dispositif de projection et les ombres qu’il génère. C’est du côté du film comme pellicule que se situe le travail récent d’Édouard Taufenbach, le film dans toute sa matérialité : le support photographique, la transparence de la pellicule, les pigments de couleur qui imprègnent les surfaces. Pour chacun de ses projets, il construit, à partir d’une seule photographie trouvée, ou collectionnée, ou encore extraite d’archives familiales, un film non pas projeté mais exposé, décomposé en séquences géométriquement articulées sur des panneaux (tableaux) à fonds blancs. Empruntant à la musique itérative autant qu’au cinéma structurel d’un Peter Kubelka ou Paul Sharits, aux flicker films (« films à clignotement ») autant qu’aux micro rythmes des musiques urbaines, les œuvres vidéographiques et photographiques d’Édouard Taufenbach procèdent d’un même geste de séquençage qui produit un espace temporel continu quoique composite, dans lequel les points de raccords discrets sont lissés par la répétition et les effets de boucle.
Telle la pointe acérée d’un regard scrutateur, les lignes obliques qui organisent les surfaces forment un réseau rythmique (une partition?) qui associé à la photographie de base répétée, réitérée avec de minces variations, produisent un « effet cinéma » qu’il est très difficile de nommer et de décrire, alors même qu’il est fortement perceptible. Les deux composantes du cinéma, le photogramme et le défilement, apparaissent partiellement dans ces collages « fixes » face auxquels le spectateur est mis dans la situation de faire défiler « à la main » un ruban celluloïd de film. D’une image à l’autre le regard balaye les bandes géométriques en cherchant les modifications, les différences, les déplacements et le décadrages qui vont faire vaciller la fixité photographique et la tirer vers un mouvement optique, au fondement du dispositif cinématographique. Comme au cinéma, une durée est nécessaire pour regarder ces images auxquelles l’organisation soignée ajoute un caractère précieux. Vus de loin, les collages évoquent des rubans de film et exposent le principe du cinéma, sa mécanique. Vue de près, ils mettent en avant les images et leur référent : des personnes, des ambiances, des relations, des histoires possibles, des récits de vie potentiels. Les traces mémorielles saisies par la capture photographique se conjuguent avec la mécanique cinématographique traitée picturalement dans un jeu très précis de découpes et de « montage » sur le plan du tableau, lieu des transformations. La fiction a alors trouvé une possibilité de se construire et le spectateur-lecteur peut projeter ses propres histoires et faire affleurer à la surface du présent des souvenirs réel ou imaginés. Il peut ainsi « se faire des films » comme le dit Édouard Taufenbach, et élaborer en liberté ses propres représentations. Travail de l’art.
Françoise Parfait
« CINEMA : histoires domestiques » Édouard Taufenbach
Du 13 octobre au 9 novembre
GALERIE GRATADOU-INTUITI : 16, rue des Coutures Saint-Gervais Paris 3ème
Cette exposition se poursuivra du 11 au 13 novembre 2016 à FOTOFEVER ART FAIR au Carrousel du Louvre, Paris.
http://www.galeriegratadou-intuiti.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enregistrer

Non classé

RODOLPHE PARENTE signe la conception de « A Propos' », nouveau concept store dédié à la mode masculine à Hambourg…

Le studio Rodolphe Parente, associé à Benjamin Liatoud a réalisé un concept-store dédié à l’homme à Hambourg dans un bâtiment au fort patrimoine historique bénéficiant d’un volume vaste et lumineux et d’une vue panoramique sur le lac Alster.
Le souhait de Rodolphe Parente et de Benjamin Liatoud était d’évoquer un mode de vie à travers une expression néoclassique d’un homme moderne et sophistiqué.
Ce nouvel établissement est plus qu’un simple magasin ; il offre une expérience unique au client qui pénètre dans le concept-store « A Propos' » par un grand et accueillant salon où s’articule une sélection exigeante de produits. Les volumes et la luminosité créent une atmosphère qui invite à déambuler à travers les différents univers. Le magasin s’étend sur 250 mètres carré et propose un vestiaire masculin singulier avec des marques telles Saint Laurent, Valentino, Gucci, Balenciaga, Christian Louboutin, Thom Browne, Fendi…
Outre ces grands créateurs, le concept-store « A Propos' » met l’accent sur la création d’une atmosphère chaleureuse et met en valeur des créateurs de tous les horizons dans une sélection unique qui perpétue ainsi le caractère exceptionnel de la sélection. L’architecture intérieure s’appuie sur une dualité de matériaux, de variations de tissus, de bois brossés, de couleurs chaudes, flamboyantes ou poudrées et de mélanges de pierres. L’univers s’inscrit dans un raffinement intemporel et une narration unique, la démonstration de la capacité du studio Rodolphe Parente à s’adapter à l’univers et l’exigence de ses clients.
http://www.rodolpheparente.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Enregistrer

Non classé

Du 8 au 24 septembre, la GALERIE GRATADOU-INTUITI présente « Espace-Temps », une exposition de SASCHA NORDMEYER…

Les séries de Sascha Nordmeyer présentées dans l’espace parisien de la Galerie Gratadou-Intuiti sont-elles des dessins?
Ou bien sont-elles de par leurs figurations géométriques, autre chose encore, un système de formes et de formules, abstraites, futuristes, émergence d’une étoffe unique, résultat en relief de perceptions à ce jour inconnues ?
C’est l’harmonie omniverselle que se fait jour ici, suggérée par la multiplicité des micro-réflecteurs sphériques que l’artiste découpe et active selon une alchimie basée sur les lignes latentes qui les portent, les rotations qui leur donnent sens et la finesse que leur orientation suppose, établies avec une précision d’acupuncteur. Ici tout est affaire de pureté. Cette science précieuse, subtile, à l’esthétique délicate consacre une géométrie de la douceur propice à la contemplation, de laquelle se dégagent une mosaïque cinétique et un vocabulaire vibrant de la perspective, de la fragilité, de la légèreté. Un vocabulaire de correspondances et de causalités. Les volumes, comme autant de gouttelettes de temps, occupent l’espace qui leur est dédié, issues de la source féconde de l’unité suprême, mathématique, règne du pur symbole métaphysique, de l’Universelle symétrie et des synchronismes secrets. Mystères fondamentaux qui puisent leur force dans les suites numérales et dans les proportions, dans le plan, dans l’organisation d’une illusion qui se pose délicatement sur le support, réveillant l’ignoré de leur pré-existence. Les figures ne sont pas immédiatement des figures. Elle le deviennent. Soudain, elles rayonnent, modulent le fond, le strient, par la manière physique dont elles animent le vide, le remplissent, par la façon optique qu’elles ont de se mouvoir dans une spatialité devenue écrin d’orgone. Comme autant d’apparitions. Quand le blanc, par affinité vient se jouer soudain de la nuance, du miroir, se zèbre, quand le noir se dégrade afin de manifester une autre réalité par la qualité lumineuse de la matière, on entre alors dans cet espace et dans ce temps peut-être, dans cet endroit précisément où en équilibre, l’immobile se fait mouvement, le jour se fait jour et le monde se fait monde…
« Espace-Temps » de Sascha Nordmeyer
Du 8 au 24 septembre 2016
Galerie Gratadou-Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais 75004 Paris
http://www.galeriegratadou-intuiti.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

Du 3 au 10 septembre, à l’occasion de la Paris Design Week, le VILLAGE DES CRÉATEURS présente plusieurs de ses créateurs et designers sur l’exposition Now ! Le Off…

La 6ème édition de la PARIS DESIGN WEEK, organisée en synergie avec la session de septembre du salon MAISON & OBJET, se déroulera à Paris, du 3 au 10 septembre. Cet événement incontournable au sein des Design Weeks mondiales, plonge durant 7 jours la capitale dans un bouillonnement d’expositions, promenades et parcours, avec pour point d’orgue la mise en lumière des nouveaux talents de la création et du design sur l’exposition NOW ! LE OFF aux Docks – Cité de la Mode et du Design. A cette occasion, LE VILLAGE DES CRÉATEURS présente plusieurs de ses créateurs et designers adhérents.
NUOVOK Jérôme Casalinuovo
Nuovok est une manufacture lyonnaise de meubles. Elle a pour ambition de donner un nouveau sens à la création artisanale. C’est au sein de son atelier, que traditions, techniques modernes et design se conjuguent pour donner naissance aux meubles Nuovok. Les collections sont proposées à la vente sur le site http://www.nuovok.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ROVT Vincent Rousseau
Autodidacte en matière de Design, Ingénieur en Électricité, Vincent Rousseau a commencé à détourner des objets et crée la marque ROVT en 2015 Attiré par les pièces techniques et les techniques industrielles, il aime en révéler la beauté en les transportant / transposant dans un autre univers et leur attribuant une autre fonction.
http://www.rovt-design.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MARIE ANTOILETTE Valérie Moënne
Marie Antoilette imagine des collants et des accessoires imprimés tout à fait remarquables qui s’inscrivent dans un univers riche, coloré et parfois décalé. Lancée en 2011 au Village des Créateurs, la marque Marie Antoilette fondée par Valérie Moënne propose des créations exclusives, fabriquées dans la région lyonnaise et diffusées dans plus de 200 points de ventes et France et à l’étranger.
http://www.marieantoilette.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

VELVET PRAIRIE Sara Dall’Acqua
Velvet Prairie est une jeune entreprise lyonnaise qui crée des accessoires de mode. L’une des particularités de Velvet Prairie est d’utiliser les photographies de sa créatrice, Sara Dall’Acqua, pour réaliser des visuels colorés et contrastés. Velvet Prairie propose principalement des foulards en soie mais aussi des parapluies, un univers marqué par la vivacité de ses couleurs.
http://www.velvetprairie.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

NOW ! LE OFF
PARIS DESIGN WEEK
Les Dock – Cité de la Mode et du Design
3 au 10 septembre 2016
35, quai d’Austerlitz 75013 Paris
Samedi 3 septembre, de 14h à 19h
Dimanche 4 au samedi 10 septembre, de 11h à 19h
http://www.maison-objet.com
http://www.villagedescreateurs.com
Non classé

Du 2 au 5 septembre, à l’occasion de Bijorhca, TZURI GUETA présente « Abyss », une expérience visuelle et sensorielle inédite…

« ABYSS »… Voyage dans les profondeurs sous-marines!
L’œuvre se révèle progressivement : l’œil l’envisage sous plusieurs angles et explore peu à peu ses multiples profils ; il anticipe la matière et lorsque la main cède à son appel, le toucher surprend : doux, subtil, vivant. « ABYSS » est une expérience visuelle et sensorielle propre à interpeler le visiteur qui imagine admirer une multitude de plantes. Ici, il est invité à découvrir la nature autrement.
Pour cette exposition, Tzuri Gueta puise dans les souvenirs de son enfance et son amour des éléments naturels, pour nous plonger dans les profondeurs sous-marines. Notre œil pense observer une multitude de plantes, alors que notre toucher s’extasie devant tant de vie, de douceur et de subtilité. Grâce à la silicone, Tzuri Gueta revisite l’anémone, le chardon et la branche de corail évoquant des thèmes qui lui sont chers comme le rapport à la nature, à la mer et au monde organique. Une mise en scène inédite à découvrir sans faute dans l’allée centrale du 1er étage du Salon Bijorhca.
Ingénieur textile diplômé du Shenkar Collège de Tel Aviv et designer, Tzuri Gueta a vécu toute sa jeunesse au bord de la mer, en Israël. Désireux de briser les conventions du métier, il associe des gestes traditionnels et des techniques inédites. Naissent alors des matières surprenantes qui trompent l’œil et le toucher, à la frontière de la sculpture. Son procédé innovant et breveté lui a permis d’acquérir une notoriété internationale dans le design textile, mais aussi de collaborer avec de nombreuses maisons de haute-couture françaises et étrangères.
http://www.tzurigueta.com
TZURI GUETA
Exposition « ABYSS »
Salon BIJORHCA
Du 2 au 5 septembre 2016
Porte de Versailles – Paris
Allée centrale, 1er étage

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Non classé

Du 2 au 6 septembre, découvrez les nouvelles collections des créateurs du VILLAGE DES CRÉATEURS sur les salons parisiens…

Une fois n’est pas coutume… le VILLAGE DES CRÉATEURS sera pleinement représenté par ses créateurs résidents ou adhérents à l’occasion des salons parisiens de ce début septembre. A travers leurs collections pour l’été 17, entre mode et life style, découvrez les marques montantes de la création lyonnaise.
MAISON ET OBJET
Du 2 au 6 septembre 2016
Parc des expositions – Villepinte
MAISON LE LOUP
Art de la table en céramique
Univers « Scène d’intérieur » – Hall 7 / Stand G171
Créateur céramiste, David Corraux passe de la sculpture à l’objet utilitaire unique. Il travaille la terre brute et pousse le matériau à ses limites. La force et la fragilité de la matière sont les mots clef de son travail. David Corraux s’inscrit dans la vague de créateurs et designers de céramique qui ont une envie contemporaine commune : celle de rendre les objets de tous les jours, plus singuliers, plus poétiques, en osmose avec notre temps. Revisiter les tendances et s’y inscrire. Proposer une approche et un nouveau regard.
http://www.maison-leloup.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MADEMOISELLE DIMANCHE
Décoration d’intérieur
Univers « Now ! Design à vivre » – Hall 7 / Stand D155
Mademoiselle Dimanche propose des textiles et objets de décoration intemporels, frais et colorés, aux graphismes épurés. L’univers de la marque est une invitation à la douceur de vivre et au voyage à travers diverses sources d’inspiration : esthétique scandinave et japonaise, design et architecture des années 30′ à 50′, formes géométriques… Mademoiselle Dimanche réalise aussi des dessins exclusifs pour des projets spécifiques ou pour d’autres marques et peut adapter sa collection et ses coloris à la demande. Tous ses produits sont conçus et fabriqués en Rhône-Alpes.
http://www.mademoiselledimanche.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SANDRINE CHARLES-MESSANCE
Bijoux contemporains en verre de Murano
Espace « Craft-Métiers d’Art » – Hall 5A – Stand J24/K23
La créatrice Sandrine Charles-Messance choisit le verre de Murano comme matière de prédilection. Le verre travaillé au chalumeau lui permet de le modeler en perles ou en autres formes uniques qu’elle décline dans une multitude de couleurs jouant avec la lumière pour un rendu ultra contemporain.
http://www.26bubblestreet-collections.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ANDREA VAGGIONE
Bijoux contemporains en argent
Espace « Craft-Métiers d’Art » – Hall 5A – Stand I24/J23
Les créations d’Andrea Vaggione sont une rencontre entre le geste de l’artisan, l’art et le design. Un travail délicat et raffiné essentiellement inspiré par la botanique et les végétaux. Ces sources d’inspiration s’articulent autour des notions de transformation permanente, du mouvement perpétuel, de la naissance ou la renaissance. Les bijoux épurés d’Andrea Vaggione reflètent à la fois force et fragilité.
http://www.andreavaggione.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

WHO’S NEXT
Du 2 au 5 septembre 2016
Porte de Versailles – Paris
FILLE DE JOIE
Prêt-à-porter féminin
Univers « Trendy » – Stand J41
Ancienne blogueuse de mode et styliste free-lance, Bénédicte KALUVANGIMOKO a toujours aimé jouer avec les formes, les couleurs, les matières. Le concept de sa marque FILLE DE JOIE est de proposer des pièces originales pour femme. Leitmotiv de sa collection : la transparence avec une note habilement dosée de sexy. Fascinée depuis toujours par l’univers du fétichisme, elle mixte avec esprit, matières vinyle, laçages, résilles avec des matières streetwear comme le jersey jogging. Bénédicte KALUVANGIMOKO est lauréate du 1er prix du concours TALENTS DE MODE 2016
http://www.filledejoie.fr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AMANDINE LE FORESTIER
Prêt-à-porter féminin
Stand D100
Amandine Leforestier crée en 2012, sa marque éponyme et lance une ligne de prêt-à-porter féminin en maille jersey alliant élégance et féminité, modernité et confort. Authentique simplicité pour des collections en mouvement où chaque pièce est avant tout conçue comme une enveloppe corporelle. Des jeux habiles de construction « mode & art » conduisant souvent la jeune créatrice à collaborer avec des artistes, architectes, danseurs. Contemporanéité, architecture presque liquide des drapés, plis façonnés pour un vestiaire quotidien, intersaison, intemporel où l’élégance naturelle est savamment suggérée et signe une allure décontractée et raffinée. En septembre 2013, Amandine Leforestier remporte le 1er prix du concours TALENTS DE MODE.
http://www.amandineleforestier.fr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PREMIÈRE CLASSE
Du 2 au 5 septembre 2016
Porte de Versailles – Paris
LE FEUILLET
Maroquinerie
Stand K66
La création de la marque a pris son origine dans la volonté de créer un objet bien pensé, aux aspirations urbaines, mêlant qualité et savoir-faire traditionnel. Cette volonté en tête, Ylan Dahan s’est alors formé au métier du cuir afin de répondre à un besoin personnel qu’il ne trouvait pas sur le marché. Aujourd’hui, il mène son projet accompagné de son frère Davy avec lequel il partage la passion pour l’élégance des formes épurées. Briser les codes, moderniser les lignes et ne faire aucune concession avec la qualité… Dans un univers architectural urbain, LE FEUILLET propose une collection de maroquinerie qui s’appuie sur la volonté de faire interagir l’homme et l’objet et sur la défense d’un beau produit qui remplit sa fonction à la perfection. En 2016, Ylan et Davy Dahan remportent le prix « Coup de Cœur » du concours TALENTS DE MODE.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ESQUISSE
Lingerie
Stand L67
Céline Jean a successivement travaillé chez REPETTO puis au sein du groupe ETAM. Forte de ces expériences professionnelles de plus de 15 ans, c’est presque naturellement qu’elle crée sa marque de lingerie en 2015. ESQUISSE se positionne comme une marque de lingerie créateur Made in France. Dessins et motifs exclusifs, séries limitées, matières luxueuses découpées au laser allient créativité et féminité en faisant appel à un savoir-faire d’excellence. Céline Jean remporte le prix spécial du jury TALENTS DE MODE 2016.
http://www.esquisse-lingerie.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MARIE ANTOILETTE
Accessoires de mode
Stand B41
Marie Antoilette présente en février 2011 sa toute première collection lors d’une exposition spéciale au Village des Créateurs. Forte de son succès elle intègre la pépinière d’entreprises et s’installe dans son atelier boutique pour présenter et vendre ses créations. La marque est aujourd’hui installée dans un atelier aux portes de Lyon, dans lequel elle fabrique ses imprimés appliqués sur collants, leggings, manchettes,robes et sweat. Marie Antoilette imagine des collants et des accessoires imprimés remarquables et remarqués dans un univers riche, coloré et décalé.
http://www.marieantoilette.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

http://www.villagedescreateurs.com

Enregistrer

Non classé